L’arnaque Gendarmerie Mail révélée!

De nos jours, les escrocs sont de plus en plus sophistiqués et créatifs dans leurs tentatives de tromper les gens. La gendarmerie d’Arnaque Mail est un type d’escroquerie qui se fait passer pour la gendarmerie française et fait croire aux victimes qu’elles ont commis un crime.

Par conséquent, nous allons discuter de la fraude opérant sous le nom de Gendarmerie dans cet article et vous apprendre à la repérer.

Qu’est-ce que la gendarmerie ?

L'escroquerie de la Gendarmerie d'Arnaque Mail révélée !

La Gendarmerie nationale, créée en 1791, est une composante des forces armées françaises qui dépend du ministère de l’Intérieur et exerce des fonctions supplémentaires pour le ministère des Armées.

Ses fonctions comprennent le maintien de l’ordre dans les petites villes, les banlieues et les régions rurales ; le contrôle des foules et des émeutes ; et les enquêtes criminelles, y compris la cybercriminalité.

Le canular de la Gendarmerie nationale est utilisé par les cybercriminels pour attirer les victimes. Son objectif est d’extorquer de l’argent aux gens en les accusant d’infractions majeures à la loi et en les menaçant de poursuites judiciaires.

Lire: Avis Planbi.fr : Légitime ou Arnaque?

Comment vous arnaquent-ils ?

Les cybercriminels ne reculent devant rien pour attraper leurs victimes. Se faire passer pour un policier est l’une de ses stratégies pour intimider ses victimes. Depuis l’été 2020, de nombreux citoyens français ont reçu des courriels signés par la Police nationale, la Gendarmerie nationale, ou encore Europol et Interpol.

L’expéditeur prétend appartenir à la Brigade de protection des mineurs (BPM). Les personnes qui reçoivent ces communications sont accusées d’infractions importantes aux lois sur la délinquance juvénile sur Internet.

Les récipiendaires ont été invités à réagir ; Dans le cas contraire, leurs dossiers seront remis aux autorités. L’individu a été menacé d’une action en justice et de rendre la situation publique.

Lire:Avis Grapiv.com

Qu’est-ce qui est inclus dans l’e-mail ?

L’expéditeur du faux courriel de la Gendarmerie nationale s’identifie fréquemment comme « Commissaire divisionnaire, chef du BPM ». Le communiqué cite également la gendarmerie nationale et plusieurs policiers nationaux, européens et internationaux.

La lettre indiquait qu’une enquête sur la « cyber-intrusion » indiquait que l’internaute avait commis divers crimes contre des enfants, notamment de la pornographie juvénile, de la pédophilie, de l’exhibitionnisme, du cyberadultère, de la traite d’adultes, etc.

Le courriel décrit ensuite les circonstances importantes sous-jacentes aux réclamations. L’auteur prétend également avoir des preuves de ces crimes. Si le destinataire ne répond pas dans les 72 heures, il s’expose à des poursuites judiciaires.

Leur dossier sera transmis à un « sous-procureur du tribunal de grande instance de Créteil » spécialisé dans la cybercriminalité. Plusieurs fonctionnaires du ministère de la Justice ont été cités. Encore une fois, l’idée est de capturer leur identification afin d’augmenter la fiabilité de l’e-mail.

De plus, la victime de ce phishing est menacée d’un mandat d’arrestation, d’être enregistrée comme « contrevenant aux pratiques d’un adulte » et de voir son dossier rendu public. sur les « chaînes d’information de la télévision nationale ».

Lire: Upgame-fr.com review

Comment puis-je identifier cet e-mail frauduleux ?

Si vous recevez un e-mail des autorités, vous pouvez facilement déterminer s’il est légitime ou non. Veuillez lire attentivement les points ci-dessous :

  • Tout d’abord, ces messages seront émis de manière systématique à partir d’adresses se terminant par @interieur.gouv.fr. Les administrations publiques continuent d’utiliser leurs propres noms de domaine pour communiquer.
  • Sinon, il s’agit d’une fausse communication. Dans tous les incidents de faux courriels signalés aux autorités, aucune des adresses d’envoi ne s’est terminée de cette façon.
  • Nous utilisons des adresses telles que « [email protected] », « [email protected] » et « [email protected] ».
  • Un autre signe apparent est que l’adresse IP dans les e-mails est souvent inexacte.
  • Par exemple, il s’agit de 146.29.7.458, bien que les nombres qui composent une adresse IP ne soient jamais supérieurs à 255. Le faux e-mail présente également un certain nombre de problèmes de présentation et d’orthographe.
  • Les erreurs dans toute correspondance officielle devraient sensibiliser les gens. Par exemple, l’expéditeur écrit souvent « Brigade de Protection des Mineurs » au lieu de « Brigade de Protection des Mineurs ».

Il est conseillé aux destinataires de vérifier l’authenticité de ces e-mails avant d’entreprendre toute action.

L’individu doit se rendre sur le site officiel de la Gendarmerie nationale, gendarmerie.interieur.gouv.fr, qui est fiable et sécurisé. Cela permettra de s’assurer qu’ils ne sont pas victimes d’une tentative d’hameçonnage ou d’escroquerie.

Ce faisant, les destinataires peuvent protéger leurs informations personnelles et éviter des pertes financières potentielles en se méfiant des courriels ou des sites Web suspects.

Share This:

Laisser un commentaire